TIPS

Le Champagne : la star des fêtes et des victoires

Le Champagne est incontournable dans le monde entier. Ses bulles, sa fraîcheur et se rareté en font le symbole du raffinement, mais surtout de la célébration. Mais le Champagne est un cas à part dans le monde du vin, découvrez pourquoi !


Trois cépages, pas un de plus !

Pour faire du Champagne, il faut respecter quelques critères issus du cahier des charges des AOP. En premier lieu, il n’y a que 3 cépages autorisés dans la production de votre bulle préférée : deux rouges (Pinot Noir et Pinot Meunier) et un blanc (le Chardonnay).

Si le Champagne est issu uniquement de raisins de Chardonnay (blanc), on dira que c’est un « Blanc de Blancs » et s’il est issu des Pinots, on dira alors « Blanc de Noirs ». Mais on peut tout à fait utiliser les trois cépages pour produire un Champagne, aucune des deux précédentes mentions n’apparaîtra alors. Mais attention, cela ne veut absolument pas dire que la qualité est moindre !

Tout est une question de travail à la vigne et aux chais !


Une Histoire peu commune

L’effervescence : un sujet qui fait encore débat à la table des historiens ! Ce n’est qu’au XVIème siècle que le Champagne devient pétillant. Avant les vins étaient « tranquilles », ce qui signifie sans bulles, et bien souvent de piètre qualité. Parfois, ces vins devenaient naturellement gazeux car ils refermentaient en bouteille, ce qui plaisait beaucoup aux grands seigneurs… Il fallait alors trouver le moyen de le faire à grande échelle !

On assigne bien souvent cette trouvaille au plus connu des moines bénédictins : Dom Pérignon. Mais dans les archives de Limoux, on retrouve des écrits sur la « méthode champenoise » bien avant les travaux du moine…

Le mystère reste entier !


De plus en plus Brut !

Il y a 20 ans, le Champagne plaisait surtout quand il était un peu sucré, « demi-sec ». Aujourd‘hui, c’est tout l’inverse ! Le goût se porte vers des Champagnes très secs « extra brut », plus frais et droits. C’est plus simple à boire à l’apéro mais aussi à accorder avec des plats, notamment sur les produits de la mer.

C’est donc un changement de procédé que les champenois ont dû opérer pour coller au marché. En réduisant ce qu’on appelle la « liqueur de dosage », mélange de sucre de canne et de vins stocké des années précédentes qu’on ajoute en fin de production, ils ont affiné leur style et pu s’adapter à la demande.

Moins de sucre mais plus de plaisir !


Un succès mondial fondé sur la réputation !

Le Champagne est le symbole de la réussite et de la fête partout dans le monde. Sur les 310 millions de bouteilles produites en 2017, 50% ont été vendues à l’export. Même si les français restent donc les rois de l’apéro pétillant, le marché anglo-saxon rattrape rapidement son retard.

Ce succès est surtout dû à l’immense notoriété des grandes maisons, qui ont construit la réputation du Champagne au fil des siècles. De la table des rois d’Europe à celles des Tsars de Russie, un petit nombre de grandes maisons ont su écrire les lettres de noblesses de cette boisson d’exception.

Le Champagne fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO


Le saviez-vous : l’exception champenoise du millésime

Le Champagne est l’un des seuls vins qui peut ne pas avoir de millésime. En effet, on peut assembler des vins issus de plusieurs vendanges pour le produire ! Contrairement aux vins de Bordeaux qui ont construit une échelle de valeur sur la notion de millésime, la Champagne ne produit de vins millésimés que sur les très grandes années.

Le paroxysme de l’exceptionnel !

Leave a Comment